Surveillance automatique à domicile des grossesses à risques

Les grossesses à risque sont une grosse préoccupations pour les médecins et les femmes enceintes concernées. Ces dernières, n’ayant en général aucune connaissance médicale, sont sujettes à de nombreux doutes et angoisses. Un projet de surveillance du fœtus plus poussé que le simple monitoring est en train de voir le jour.

 

SURFOETUS – Un projet pour la surveillance à domicile des grossesses à risque.

SURFOETUS (SURveillance à domicile de l’activité FOETale par un dispositif UltraSonore intégré) a été initié en 2007 jusqu’à la fin de l’année 2011 par l’INSERM et l’IRIT en association avec Médiprema, Agilicom, CIC-IT Ultrasons du CHU de Tours pour un coût total de 870 000 €.

Pour les grossesses pathologiques, on sait que les conséquences pour le fœtus peuvent être très graves (séquelles neurologiques, mort in-utéro,…). C’est pourquoi dans les cas, les plus graves on hospitalise les femmes pour plus de surveillance ou on les renvoie chez elle avec des monitoring réguliers pour surveiller le rythme cardiaque du fœtus. On conseille aux femmes de surveiller toute modification dans le comportement de bébé (il ne bouge plus autant, il ne répond plus aux stimuli extérieurs, ….) et de venir aux urgences le cas échéant.

Le projet SURFOETUS se base sur la détermination et la détection précoce de ces anomalies de comportement (et non pas seulement du rythme cardiaque) qui pourraient permettre le traitement de la cause de la souffrance ou l’accouchement prématuré permettant ainsi de sauver la vie du bébé. En test au CHU de Tours, il pourrait ensuite être utilisé en ambulatoire dans d’autres hôpitaux puis, à terme, permettre le suivi à domicile des patientes.

Le dispositif qui est développé repose sur la technologie des ultrasons. Le recueil de données ,provenant de capteurs placés sur le ventre de la mère, sur les rythmes spontanés du fœtus (rythmes cardiaques, respiration, hoquet, etc.), les mouvements du bébé, la réponse à des stimuli, etc, donnent des informations sur l’état de santé du fœtus bien plus poussée que lors du simple monitoring.

On souhaite beaucoup de succès à ce projet et on espère qu’il permettra de sauver la vie de nombreux bébés.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *