Le foetus pleure déjà dans l’utérus de sa mère

Ce n’est pas une découverte récente mais cela reste toujours très intéressant. Nous savions que les bébés avaient certains états similaires à ceux des bébés après leur naissance (sommeil calme, sommeil actif, réveil calme, réveil actif, bâillement, hoquet….).

Il semblerait aussi que les foetus pleurent déjà dans l’utérus de la mère. Évidement leurs pleurs sont inaudibles étant donné les circonstances mais peuvent être vus à l’échographie.

Au cours d’une étude évaluant les effets de l’exposition au tabac et la cocaïne pendant la grossesse sur la réponse du fœtus et son accoutumance à la stimulation sonore, un fœtus ayant une attitude semblable à des pleurs a été observé par hasard. Ce comportement a ensuite été reproduit pour vérifier qu’il n’était pas isolé. Ce phénomène a été observé par échographie.

Le pleur du fœtus se décomposerait en: un mouvement initial d’expiration associé à une ouverture de la bouche, des lèvres qui tremblent et un abaissement de la langue, suivie par une série de trois respirations accélérées se terminant ensuite par une inspiration suivie d’une expiration puis de calme.
Le fœtus dans un état calme a été soumis a une intensité de bruit physiologique intra-utérine d’environ 85 dB. C’est alors qu’il a présenté cette réaction semblable à des pleurs.

L’action de pleurer est une série complexe, rythmée de sons qui nécessite une coordination précise entre plusieurs systèmes nerveux, comprenant entre autres les muscles du visage, des voies respiratoires, et la respiration. Les pleurs du nouveau-né se composent à la fois d’une composante vocale et non vocale. Il semblerait donc que la composante non vocale des pleurs se développe déjà in-utéro. Le pleur du fœtus est souvent de courte durée. Dans cette étude, les comportements observés ont duré environ 15 à 20 secondes et peuvent apparaître dès 20sa.

La vidéo ci-dessous montre le phénomène (attention, âmes sensibles s’abstenir parce qu’un fœtus qui pleure ça déchire le cœur, petite chose innocente).

Peut-on dès lors penser que le fœtus est capable d’identifier les stimuli négatifs et d’y réagir en se mettant à pleurer? Si tel est le cas, on peut en déduire que l’affect joue déjà un rôle et que le fœtus est capable de recevoir une information sensorielle, la classer comme désagréable et y réagir.

Dès lors, qu’en est-il de la souffrance du fœtus? On dit souvent que les fœtus ne ressentent pas la douleur dans leur cocon. On peut désormais se poser la question….

Source : Fetal homologue of infant crying ; J L Gingras, E A Mitchell and K E Grattan ; Apr 2005; Arch. Dis. Child. Fetal Neonatal Ed. 2005;90;415-418; originally published online 27 J L Gingras, E A Mitchell and K E Grattan ; Doi:10.1136/adc.2004.062257

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *